Provoquer pour exister : culture du buzz ;(

🕒 Temps de lecture4 minutes

Rue du commerce fait sa crise d’adolescence

Internet et le e-commece sont l’objet de tant de rêves, d’espoirs en un monde où la crise n’existe pas. La croissance permanente existerait bien dans ce monde reculé du digital. Alors, il n’y a qu’à se pencher pour ramasser les dividendes.

Mais c’est bien fini l’eldorado version Amazon, Ebay et consort. Un modèle économique qui ne repose que sur la consommation des ménages doit prendre de temps en temps le pouls de ceux qui font la manne du e-commerce : le populo !

Culture du buzz et du médiocre

50% de l’humanité, c’est pas grand chose

Alors quand les temps sont durs, que le panier moyen baisse continuellement car les marchands sont de plus en plus nombreux, le pouvoir d’achat est de plus en plus théorique… On passe à la provocation pour être vu, plus vu que les concurrents !

Et là, malheureusement, les recettes sont toujours les mêmes, que l’on soit au top du e-commerce ou annonceur print. On flatte la gente masculine, on les caresse dans le sens du poil pour leur éviter de penser et surtout on fait du lourd, du grégaire, du macho voire du porno, chic ou pas d’ailleurs… Rien de plus que la fameuse campagne d’affiches Myriam 30 ans après!
Et pourtant chez Priceminister, on a compris un peu tard que l’on se privait de la clientèle féminine et tout cela pour un mauvais nom…

affiches-myriam

La culture du buzz, c’est soupe tous les jours !

Evidemment les mangeurs de soupe sont ravis, les publicistes reprennent la main comme si Attali était de retour. On va surprendre la ménagère, choquer et faire vendre !

Alors, on pourra toujours dire que la faim justifie les moyens mais on pourrait aussi espérer que l’on s’adresse à des clients de plus en plus experts, des clients intelligents capables de comprendre et ainsi leur proposer de la mise en avant de produits intelligente. Si cela est possible… Mais encore une fois, on s’aperçoit que les professionnels ne sont pas à la hauteur de leurs clients !

Avis partagés sur la provocation de Rue du commerce

Les commentaires sur Twitter sont malgré tout à l’image des communicants. Des mâles, des durs et des tatoués qui trouvent cela navrant au 21ème siècle :

Et des féministes, des vraies, des intègres comme elles le disent qui aiment beaucoup l’humour viril :

Soyons plus exigeants et ne transformons pas Internet en outil de médiocrité comme la télévision

Malheureusement il y des constats qui font mal :

80% du traffic Internet serait lié au e-commerce

Si Internet est un immense supermarché, intéressons-nous aux raisons qui poussent nos clients à consommer en ligne, à utiliser Internet pour régler leurs achats. Nous avons tous à y perdre, de confondre Internet avec la TV. Internet, c’est la chance d’avoir une communication ciblée et donc qualitative. Alors, prenons un peu de temps pour réfléchir et se consacrer à nos objectifs.

Ou sinon segmentons sans mensonge : dehors les prolos !

Créez vous aussi un site pour les cadres sup voire les cadres intermédiaires. Interdisez votre site aux Sans dent qui mangent de la bande passante et qui nuisent au surf des vrais clients. Et pourquoi pas un site marchand pour clientèle de droite, ou avec chiens et pourquoi pas pour clients ayant un compte en Suisse. C’est drôle aussi non…

Votre avis nous intéresse !
Réaliser un doagnostic référencement naturel
Quelques questions ? Contacter Internet Communication

Add a comment