Welcome to Blog

Facher Google
Petit rappel de Google sur les bonnes pratiques pour le linking<span class="rmp-archive-results-widget "><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i> <span>5 (1)</span></span>

Un rappel de Google, c’est surtout un rappel à l’ordre !

En effet, Google revient régulièrement sur la question du linking du fait de son talon d’Achille. Combien de fois il a essayé de supprimer les liens dans son algorithme comme les autres moteurs de recherche. La question aura été posée sur la qualité des sites référents, la qualité des liens, la qualité des ancres… La recommandation plus récente de différencier les liens naturels, liens sponsorisés, liens créés par les utilisateurs (UGC)…

Mais le cœur du problème aujourd’hui est avant tout l’achat de liens ou les échanges de liens. Point beaucoup plus délicat pour l’algorithme de Google, car comment identifier un lien naturel d’un lien acheté quand tout est fait prudemment. On oubliera les mauvaises pratiques de liens réciproques, d’achats de liens sur des plateformes bien connues, sur des spots identifiés comme vendeurs de liens… La consigne de l’achat de liens est bien d’éviter tout ce qui brille un peu trop !

Il y a du pingouin dans l’air !

Dans un article dédié aux développeurs : “Un rappel sur les liens éligibles et notre mise à jour sur les liens spammy”, Google cadre immédiatement son propos et donne le ton :

Les créateurs de sites Web disposent aujourd’hui de nombreuses façons de monétiser leurs sites Web et leurs blogs. Certaines de ces méthodes conduisent à la création de liens sortants qui, s’ils sont exagérés et mal annotés, pourraient enfreindre nos consignes de qualité. Dans cet article, nous souhaitons partager un rappel sur la manière de traiter les liens pouvant avoir un caractère commercial et sur la manière dont nous continuons à travailler pour réduire l’impact du spam de liens sur nos résultats.

Bonnes pratiques de linking !

On en revient toujours à l’éternel débat, Google n’est pas un service public et il peut tout à fait décider de promouvoir ou blacklister un site qui enfreindrait les règles de Google et non la loi ou les principes de l’Internet mondial. Google a bien un droit de vie et de mort sur nos sites… Donc de manière pédagogique, de la manière qu’il avait imposé le Nofollow, voici la démonstration et le rappel de la méthodologie à appliquer pour respecter les consignes de Google. On notera immédiatement que dans le monde de Google, un seul acteur a le droit de vendre des liens, c’est Google lui-même !

Les liens sont l’un des moyens par lesquels Google comprend quel contenu peut être utile aux Internautes, et ils peuvent être utiles pour les sites à recevoir, à condition qu’ils soient bien mérités. Une bonne pratique consiste à éviter les méthodes d’acquisition de liens qui violent nos directives contre les schémas de liens. En particulier, si vous créez des liens vers d’autres sites, assurez-vous de qualifier ces liens de manière appropriée. Voici quelques directives plus spécifiques pour aider les propriétaires de sites à gérer les liens qui impliquent un paiement, un parrainage ou qui sont de nature commerciale.

 

Liens de qualité pour Google

Liens d’affiliation

Google en professionnel sympathique, ne veut jamais tuer un business, il n’interdit rien à partir du moment où on l’informe de ce que l’on fait. Avec de tels principes, tout est possible, mais devient totalement inutile en soi. L’exemple des liens d’affiliation est un bon exemple. Qui achètera des liens uniquement pour le trafic ou le chiffre d’affaires générés (affiliation à la performance) ? Les gros sites éditoriaux, la presse, les blogueurs professionnels pourront continuer à vendre leurs services. Pour les autres, aucune possibilité de faire vivre leur projet à moins de 50 000 visites. Pas de place pour les petits. La consigne est claire, ajoutez un rel=”sponsored” à vos liens ou sinon, vous serez sanctionné !

Les liens d’affiliation sur des pages telles que des critiques de produits ou des guides d’achat sont un moyen courant pour les blogs et les éditeurs de monétiser leur trafic. En général, l’utilisation de liens d’affiliation pour monétiser un site Web est acceptable. Nous demandons aux sites participant à des programmes d’affiliation de qualifier ces liens de rel=”sponsored”, que ces liens aient été créés manuellement ou dynamiquement.

Dans le cadre de nos efforts continus pour améliorer le classement des recherches liées aux produits et mieux récompenser le contenu de haute qualité, lorsque nous constatons que des sites ne qualifient pas les liens d’affiliation de manière appropriée, nous pouvons émettre des actions manuelles pour empêcher ces liens d’affecter la recherche et nos systèmes. Google pourrait également prendre des mesures algorithmiques. Les actions manuelles et algorithmiques peuvent affecter la façon dont nous voyons un site dans la recherche, il est donc bon d’éviter les choses qui peuvent provoquer des actions, dans la mesure du possible.

Liens de Guest blogging

Autre attaque qui vise plus le référencement naturel et les petits blogs avec le Guest blogging soit le partage d’un site avec des auteurs invités qui écrivent et bénéficient en échange d’un lien de leur choix. Pratique courante chez les blogueurs afin de maintenir un rythme éditorial quand cela n’est pas un métier. Il est plus facile de publier tous les jours ou toutes les semaines si on est plusieurs à écrire. Cette pratique est souvent utilisée par les référenceurs pour gagner en visibilité en développant le nombre de backlinks sur des sites propres sans passer par des plateformes très couteuses. L’échange de liens reste un moyen pertinent pour le Page Rank avec des liens de confiance et de qualité.

 

Echange de liens

 

Un autre moyen courant pour les sites de monétiser est d’accepter les publications sponsorisées et publications d’autres sites. Il s’agit d’articles écrits par ou au nom d’un site Web et publiés sur un site Web différent. Dans le passé, nous avons observé des campagnes de messages sponsorisés et d’articles invités de faible qualité principalement destinés à gagner des liens.

Bien que nous ayons amélioré considérablement la détection et l’annulation de ces schémas de liens, nous recommandons toujours vivement aux propriétaires de sites d’appliquer les valeurs rel appropriées à ces liens. Lorsque nous détectons des sites publiant ou acquérant des liens avec des publications excessives de sponsors et d’invités sans balises de lien appropriées, des actions algorithmiques et manuelles peuvent être appliquées, similaires aux liens d’affiliation.

Google repart en guerre contre le linking

On aura été prévenu, l’algorithme de Google part à la chasse aux mauvaises pratiques. De manière transversale Google nous confirme la difficulté permanente d’identifier des liens acquis pour le SEO et surtout son impact réel sur le classement des résultats de recherche. En effet, il est toujours possible de ranker sur Google avec des liens de qualité même avec un mauvais site selon les indicateurs de pertinence de Google. Les liens font encore la loi pour le SEO. Il est donc indispensable pour Google de rappeler à l’ordre tous les éditeurs de site.

Dans l’ensemble, l’efficacité du spam de lien a été considérablement réduite au cours des deux dernières décennies, grâce à nos améliorations constantes de nos systèmes de classement et de détection de spam. Les remerciements sont également dus à la grande majorité des sites qui suivent nos directives, se concentrant sur la création de sites Web offrant une excellente expérience utilisateur et fournissant un contenu de haute qualité. Pourtant, il y a toujours une place pour l’amélioration, d’autant plus que nous observons des sites qui créent intentionnellement des liens de spam dans le but de manipuler le classement, souvent de manière trompeuse.

Dans nos efforts continus pour améliorer la qualité des résultats de recherche, nous lançons aujourd’hui un nouveau changement de lutte contre le spam par lien, que nous appelons la “mise à jour du spam par lien”. Cette mise à jour de l’algorithme, qui sera déployée au cours des deux prochaines semaines, est encore plus efficace pour identifier et annuler le spam de liens plus largement, dans plusieurs langues. Les sites participant au spam de liens verront des changements dans la recherche au fur et à mesure que ces liens seront réévalués par nos algorithmes.

Comme toujours, les propriétaires de sites doivent s’assurer qu’ils suivent les meilleures pratiques sur les liens, à la fois entrants et sortants. Se concentrer sur la production de contenu de haute qualité et l’amélioration de l’expérience utilisateur l’emporte toujours par rapport à la manipulation de liens. Faites connaître votre site en utilisant des liens correctement balisés et monétisez-le avec des liens d’affiliation correctement balisés.

Alors on attend les variations dans les SERPs pour comprendre l’impact de cette mise à jour et s’assurer de ce que l’on peut ou pas faire. Mais comme toujours avec Google, il faudra continuer à appliquer les directives et se permettre un peu de souplesse pour accorder au bon sens des pratiques non autorisées. L’évolution de l’algorithme de Google, c’est un aller-retour permanent entre les effets d’annonces et les pratiques réelles sur le web. Un seul conseil, continuez à faire des liens pour des sites propres et votre référencement naturel continuera à progresser régulièrement.

Retrouvez toutes les consignes sur l’espace développeur de Google

On a mis le lien de référence en Nofollow, il fallait ou pas ? Étonnant comme Google n’aborde pas la question. Le Nofollow ne dit rien sur nos pratiques réelles ou pas assez aux yeux de Google certainement… Comment imaginer le business de demain pour Google sans analyser nos usages dans le détail ?

Créer une landing page
Créer des pages uniques pour vos promotions<span class="rmp-archive-results-widget "><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i> <span>5 (1)</span></span>

Pourquoi créer des landing page pour le SEO ?

On retrouve cette même erreur sur les sites marchands, une page unique pour les promotions, meilleures ventes… Le souci est que cette page comprend des contenus qui n’ont rien à voir entre eux : gamme de produits, gamme de prix, saisonnalité, etc.

Et l’autre problème majeur est de positionner cette page sur les requêtes concurrentielles liées aux différentes actions commerciales : soldes d’été – hiver, cadeaux de noël, rentrée, printemps, black friday…

Ainsi, la solution la plus simple et la plus pérenne est de créer sur votre site une page dédiée à Noël, Soldes d’été, soldes d’hiver, black friday, etc. Non seulement cela vous permettra de renforcer ces pages au fil des années, mais surtout, cela vous permettra d’anticiper vos campagnes de référencement naturel pour être prêt à la date.

Google vous recommande créer vos landing page de novembre maintenant

Engagez les acheteurs avec la création de pages d’offres commerciales pour la recherche Google !

Google vient de publier un article sur Google Search central permettant de comprendre pourquoi il faut préparer dès maintenant le Black friday et surout comment faire.

Créez des pages d’offres pour tous vos événements

Il y a maintenant plus d’un milliard de sessions d’achat sur Google tous les jours et il y a une augmentation massive de l’intérêt pour les requêtes sur les offres Black Friday et Cyber ​​​​Monday sur Google pendant la période des fêtes.

Depuis l’année dernière, nous avons continué d’affiner et d’améliorer le carrousel des offres, en élargissant son utilisation à d’autres événements de vente populaires tels que les soldes de la fête du Travail et du Memorial Day.

Carrousel des offres pour les jours fériés aux États-Unis

Pour tirer le meilleur parti des offres Carrousel, créez des pages pour chacun de vos événements de vente. Le carrousel des offres est actuellement limité aux États-Unis et opérationnel pour des événements de vente limités.

Comment créer une landing page pour les offres commerciales ?

Suivez ces bonnes pratiques pour les pages d’offres

L’année dernière, nous avons partagé les meilleures pratiques pour les pages Black Friday et Cyber ​​Monday. Ce conseil comprenait :

  1. Créez des pages dédiées pour le Black Friday et le Cyber ​​Monday
  2. Réutiliser la même URL chaque année
  3. Créez vos pages en amont pour que Google puisse les indexer
  4. Suivez les meilleures pratiques de référencement standard
  5. Lien vers la page de vente depuis votre page d’accueil
  6. Inclure une image de haute qualité

Sur la base des expériences de l’année dernière, afin que vous puissiez mieux toucher les acheteurs via le carrousel d’offres, nous recommandons maintenant les bonnes pratiques suivantes.

  1. Créez une page dédiée pour chaque événement promotionnel. Nous vous encourageons à créer des pages d’offres pour tous les événements promotionnels spéciaux, pas seulement le Black Friday et le Cyber ​​Monday.
  2. Incluez la description de l’événement dans le titre de la page, par exemple “Offres du Black Friday 2021”. Le titre de la page est souvent incorporé dans le texte affiché dans le carrousel des offres.
  3. Inclure une image pertinente à la vente. Incluez une image bien visible qui aidera les acheteurs à comprendre votre offre.
    Par exemple, affichez les produits en vente ou incluez un texte de bannière mettant en évidence des offres spéciales ou des remises. Alors que Google décourage généralement le texte des bannières dans les images, le texte dans les images peut être utile sur les pages d’offres. Tout texte dans une image doit être reflété dans le contenu textuel de la page et dans un attribut de texte alternatif approprié. Pour minimiser le recadrage dans le carrousel des offres, nous recommandons que le rapport hauteur/largeur de l’image soit compris entre 4: 3 et 3: 4.
  4. Mettez du texte décrivant l’événement dans le contenu de la page. Cela peut aider Google à identifier correctement la page comme étant pertinente pour une vente spécifique.
  5. Si vous révélez des détails sur les ventes le jour de l’événement, incluez des informations générales sur l’événement à l’avance afin que Google puisse comprendre que la page est pertinente, puis demandez à Google de réexplorer votre page après sa mise à jour pour augmenter la probabilité que votre contenu mis à jour est indexé dans le temps.

 

Google conseille évidemment de renforcer la promotion en passant par les outils de publicité, mais cela concerne votre budget pub. Pour le référencement naturel, on gardera bien en tête l’importance de créer des pages pour chaque événement commercial, de jongler avec la visibilité de ces pages selon les promotions en cours (ajoutée ou non au menu du site par exemple. Et surtout, il est impératif de travailler ces pages en avance, d’anticiper chaque campagne.

 

Moteur de recherche brave
Brave, nouveau moteur de recherche prochainement disponible<span class="rmp-archive-results-widget "><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i> <span>5 (1)</span></span>

Pourquoi un nouveau moteur de recherche ?

Tout simplement pour échapper au monopole de Google, environ 95% des recherches en France. Pouvoir équilibre une stratégie de visibilité sur la recherche en prenant en compte plusieurs moteurs de recherche, c’est avant tout échapper aux caprices de Mountain View.

On a eu beaucoup d’espoir avec les initiatives précédentes, mais qui se sont toutes soldées par un constat d’échec :

  1. Bing, toutes les promesses de refonte, mises à jour ne créent pas un engouement chez les utilisateurs
  2. Qwant, certainement la plus grosse déception avec un modèle publicitaire discutable, une mauvaise considération des agences SEO entrainant erreur stratégique sur erreur.
  3. Duck Duck Go, dont la priorité n’est certainement pas l’Europe ou du moins la France
  4. Yandex, Baidu, évidemment, mais pour une cible qui reste à la marge pour les utilisateurs francophones…

Qui est Brave ?

Avant tout c’est un projet de navigateur pour desktop ou mobile, navigateur qui se positionne sur la sécurité et le respect de la vie privée. Une déclaration de principe qui nous convient évidemment. Sans parler des bloqueurs de publicités natifs. Un point extrêmement positif, on évoque des questions d’Open source, un projet Open source ne peut pas être foncièrement mauvais…

Pour la partie poteur de recherche, c’est beaucoup plus flou. Quelle technologie ? Quel principe de pertinence ? Quelle expérience utilisateur ? Quel modèle économique ?

On notera tout de même un choix graphique qui nous éloigne des influences de Google, on espère que le moteur est basé sur ce même principe, proposer une nouvelle expérience.

Pour l’instant, il est trop tôt pour le savoir, le moteur de recherche Brave n’est pas encore accessible pour le grand public. Mais la réponse à ces questions feront de Brave une vraie alternative ou une pâle copie de l’existant…

Nouveau moteur de recherche

 

Comment être premier sur ce nouveau moteur de recherche ?

Le référencement naturel pour Brave changera peut-être un peu notre façon de travailler, avec de nouveaux indicateurs de qualité. Cela serait un vrai souffle d’air pour pur le métier de référenceur qui tourne un peu en rond ces dernières années à suivre les nouvelles exigences de Google en perdant beaucoup du savoir-faire, de l’originalité de nos métiers.

Les principales déceptions viennent forcément des Internautes qui surfent de plus en plus au milieu de contenu spammant. Allez, on y croit, on va enfin avoir un moteur de recherche respectueux de la sécurité, des données personnelles et qui ne soit pas vendu aux marketeurs.

Patrouille SEO
Payer des blogueurs pour écrire des articles avec des liens ?<span class="rmp-archive-results-widget "><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i> <span>5 (1)</span></span>

Google: payer les blogueurs pour écrire des articles avec des backlinks Dofollow est contraire à nos directives

Les questions réponses sur le référencement naturel avec Google

On pourrait presque dire que depuis la création du moteur de recherche Google, cette question est régulièrement reposée avec une certaine constante dans les équipes de Google et certains rebondissements du côté des référenceurs. En effet, les agences SEO et les référenceurs ont régulièrement une nouvelle compréhension de cet interdit originel. Mais ce qui ne veut pas dire une acceptation…

Pourquoi faire des liens pour le référencement naturel ?

Dans les techniques SEO, on va retrouver différentes écoles :

  1. Les référenceurs légalistes, respectant scrupuleusement les consignes de Google (Guidelines)
  2. Les référenceurs jouant avec l’algorithme, recherchant les failles pour en abuser
  3. Les référenceurs passionnés de sémantique, s’appuyant sur ce qui nourrit l’algorithme

Depuis l’origine du référencement naturel, nous nous battons pour comprendre et explorer le fonctionnement du moteur de recherche. On a longtemps cherché à lister les indicateurs de pertinence du moteur de recherche en retenant plus ou moins dans l’ordre :

  1. La qualité technique du site
  2. La qualité des textes
  3. Les liens

Les backlinks sont depuis toujours le point faible de Google mais aussi des autres moteurs de recherche. Ils sont à la base de l’Internet, du HTTP, et donc du principe même de ce qui fait le web. Alors, comment imaginer évaluer un site web sans prendre en compte son positionnement dans le maillage de la toile Internet. Certains moteurs de recherche ont cherché à ne pas prendre en compte les liens pour élaborer leur propre moteur de recherche comme Yandex. Mais pour mieux abandonner ensuite cette perspective… Google a multiplié les mises à jour de son algorithme pour dévaluer les liens, interdire certains liens et dévaluer la grande majorité des liens en inventant l’attribut “Nofollow”.

Créer des liens propres et naturels

Selon Google créer des liens serait possible si ces liens sont acquis naturellement, spontanément. A l’heure où l’Internet a été transformé en immense supermarché, où tout se vend et même/surtout vos données personnelles; comment imaginer que la spontanéité et la gratuité puisse encore avoir cours ?

Ou alors, les liens doivent être marqués en “No follow” ou “Sponsored”. Ainsi, vous informez les robots de Google qui savent pourtant tout, parait-il, que vos liens ne doivent pas servir au classement, à l’évaluation de votre site mais uniquement à proposer aux lecteurs de nouveaux sites à découvrir. De manière très claire, on aurait dû imaginer un tag sur les liens qui différencient le trafic robot du trafic humain ! Mais là aussi, c’est un autre interdit de Google, proposer des expériences différentes entre les robots et les humains…
De manière étonnante, Google interdit l’achat de liens comme une loi pour l’Internet alors qu’il ne s’agit que des règles d’usage de son moteur de recherche. Avec sa position dominante, il oblige ainsi tout l’Internet à suivre ses règles. Ce que nous faisons plus ou moins sérieusement…

Rappel des Googlers et John Muller :

J’ai donc l’impression que cette question est un peu pointue. Et je suppose que la réponse rapide et facile est : Oui, si vous payez des gens pour créer du contenu avec des liens, alors vous payez des gens pour ces liens. Et si vous payez pour des liens, cela irait à l’encontre de nos consignes aux webmasters. Voilà donc une réponse simple.

Comment acquérir des liens dans ce contexte ?

De manière évidente, l’algorithme si puissant de Google semble incapable d’identifier des liens achetés des liens naturels. D’où les multiples avertissements de Google au fil des années….
Google sait ce que vous faites surtout quand  vous vous laissez aller à utiliser des spots utilisés par tous voire des plateformes d’achat de liens connus et reconnus par la planète SEO et par les Googlers…

Il ne faut pas oublier le prix aberrant des liens sur ce marché, sur la base d’indicateurs totalement farfelus comme le “trust flow” et “citation flow”… Ce qui devrait être une mise en garde suffisante !

La seule solution reste la mise en relation directe avec des liens pertinents. Il existe encore de nombreuses opportunités. Nous pouvons vous partager nos spots, blogs gérés et créés pour les humains…

Réseau de sites satellites
Vers la fin des PBN ?<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Comment récupérer du page Rank ?

La question se pose depuis la création de Google, nous avons eu différentes stratégies plus ou moins efficaces. La dernière à la mode est certainement le réseau de sites privés. Des sites ayant pour seul but de générer de la puissance, sites faits pour les robots et non les internautes, avec des liens finaux vers les sites à faire monter.

Les PBN, de l’orfèvrerie technique

Il est vrai qu’un beau projet de PBN (private blog network), bien réussi, ça fait toujours plaisir. C’est comme créer un Internet que pour soi, le fantasme d’un Internet idéal fait que pour vendre des presta SEO

On se doutait qu’un jour Google mettrait fin à cette pratique, pourtant si facile à identifier, du moins en apparence. Mais c’est Bing qui sonne la fin de la récré. On espère que cela va donner des idées à tous les moteurs de recherche car notre métier tend de plus en plus à faire n’importe quoi pour n’importe qui. Les référenceurs sont en train de se perdre avec la pression des marketeurs.

Pourquoi Google laisse-t-il autant le champ libre aux arnaques au linking ?

Google a toujours eu un problème avec le linking, son point faible ? Certainement. Après avoir créé le Negative SEO, Google a tenté de corriger le tir en ne prenant en compte que les liens positifs soit un champ libre pour les pratiques SEO ne respectant pas les règles. Encore plus de confusion possible pour les propriétaires de sites qui ne seraient pas au fait des dernières tendances du SEO.

Evidemment, Google pointe du doigt régulièrement certaines pratiques comme l’usage des sous-domaines dernièrement. Mais il s’agit juste d’une mise en garde sans affichage officiel du respect des consignes de Google.

We’ve been asked if third-parties can host content in subdomains or subfolders of another’s domain. It’s not against our guidelines. But as the practice has grown, our systems are being improved to better know when such content is independent of the main site & treat accordingly.
— Google Webmasters (@googlewmc) August 14, 2019

Twitter

Pour le référencement naturel, il faut penser à l’utilisateur et un peu aux robots et non l’inverse !

C’est à chaque fois pareil, les référenceurs sont toujours capables de trouver des idées géniales pour contourner les algorithmes des moteurs de recherche, mais ces efforts sont toujours payants durant un temps restreint. A la fin c’est toujours Google qui gagne !

Alors, on oublie les PBN, on nettoie son site, ses backlinks et on reprend le métier à l’ancienne : qualité technique du site, qualité des textes et des contenus et un bon linking.

Vidéo pour comprendre le SEO
Google votre ami pour le SEO<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Google a toujours refusé de s’adresser aux référenceurs, il a petit à petit proposé un espace pour les webmasters, un forum pour les développeurs et a fini un jour par embaucher un référenceur… Un transfuge d’une certaine façon qui va certainement livrer tous nos secrets.

Envie de faire le tri, entre rumeurs SEO et exigences de Google. Le référencement n’est pas une science mais il y a beaucoup de savoir-faire à découvrir.

Google veut éduquer le grand public au référencement naturel

On peut comprendre la démarche, combien d’agences promettent la première place dans les Serps sans même prendre en compte le marché, la concurrence et les atouts du site. Certaines agences SEO feront un vrai travail et d’autres se laisseront gagner par la facilité du côté obscur de la force. Mais la pénalité, elle est pour qui ? Est-ce que le client connaissait les risques ? On peut beaucoup jouer avec Google, mais il faut bien l’avouer c’est souvent Google qui gagne à la fin.

Quel espoir ? Combien d’années encore pour :

  • Les scripts malicieux
  • Les réseaux de sites
  • Le bourrage de mots clefs
  • Le duplicate automatisé
  • Le spinning
  • Le vol de contenu
  • Le Trust flow
  • Les liens provenant de sites fantômes
  • etc.

Démystifier le SEO

Google lance une série de vidéos pour expliquer ce que Google dit tous les jours aux webmasters et développeurs afin de clarifier les questions les plus évidentes. On stoppe les croyances et on se met au travail sur des indicateurs Google friendly, User friendly et plein de bon sens. Et continuer à faire des tests et les analyser…

Comprendre le référencement naturel

Une démarche assez saine pour le grand public afin de faire tomber le masque à bien des agences SEO. La récrée est finie, pour bien référencer un site, il faut bosser dur !

On attend avec impatience la version française pour un grand ménage chez nous également. Et sinon, en attendant, il y a toujours la formation professionnelle pour comprendre le SEO.

Nouveautés 2018 pour Google
Pour passer une bonne année de SEO, commençons par faire le bilan de 2018<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Avec Google, on est jamais déçu. Les surprises sont régulières, le microcosme sur-réagit bien souvent et nous continuons au quotidien à chercher ce qui ferait plaisir à son algorithme.

Mais des mises à jour qui nous impactent vraiment ne sont pas si courantes à moins de commnencer son référencement aujourd’hui ou d’avoir trop travailler au début des années 2000, s’être endormi pendant 10 ans et découvrir aujourd’hui les nouvelles règles. Et oui, on ne burine plus comme dans les années 2000.

Le SEO est devenu Google friendly, tout en mesure, c’est devenu un art. On travaillait au bazooka maintenant, on a opté pour le scalpel. Le SEO est chirurgical !

Une belle infographie pour faire sa mise au point SEO de retour vers le futur !

Découvrir la calendrier des MAJ Google

Comment référencer son site en 2019 ?

C’est un peu la question logique. Toujours sympa de savoir comment on a été maltraité en 2018, mais on fait quoi maintenant. L’équipe d’Internet Communication a décidé de vous révéler la méthode SEO qui va vous envoyer dans le futur !

La liste des optimisations SEO à mettre en place en 2019

Faites comme les marketeux, proposez des méthodes idiotes mais qui plaisent à tout le monde, voici la méthode SEO pour ta grand-mère en 5 points !

  1. Premièrement, on oublie tous les trucs douteux, les hacks, les automatisations et tutti quanti. Pour faire du SEO en 2019, il faut avoir une tête de premier de la classe et converser marketing !
  2. Il faut toujours faire plaisir à Google, on ne triche pas avec lui et on lui cire les pompes. Il faut faire du SEO Google friendly ! Tu optes pour Google analytics, search console, local business, etc. Tu mets des rich snippets partout, tous tes sites sous AMP et tu intègres les nouveaux formats d’image grâce à Squoosh…
  3. Tu écris des jolis textes dignes d’une carte postale pleine de bonnes intentions pour ta grand-mère. Des textes de 800 mots avec une vraie notion de service rendu. Les textes doivent répondre aux besoins des internautes et tu les baliseras dans ce sens avec quelques données strcturées Q/A.
  4. Tu iras chercher des liens de qualité à la main, avec des vraies personnes que tu connais. Tu penseras à dénoncer à Google tous les mauvais liens que tu avais eu la faiblesse d’acquérir par le passé.

Un peu de sagesse pour le SEO 2019

Tu n’oublieras pas que le SEO c’est fantastique. C’est vraiment le dernier espace de créativité et de liberté du web. Alors, avant de passer définitivement au dark web, continue à faire plaisir à tes clients avec un joli site qui ne soit pas que la pâle copie de ce que l’on voit partout :

  1. Un graphisme invisible, avec une belle template à 50$, avec des images déjà vues partout
  2. Des textes originaux mais qui sentent le spin humain à plein nez pour faire plaisir aux pseudo IA des moteurs de recherche
  3. Des titres PUTACLIC déjà vus partout.
Comment se font les achats en ligne ?
Parcours d'achat et levier de recrutement cross-canal<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Comment les internautes effectuent un achat en ligne ?
Un petit rappel du parcours de découverte et de décision chez les internautes en fonction de 3 scenarios de recherche :

  1. Rechercher une idée
  2. Faire une liste : comparer
  3. Trouver une marque

 

Comment se fait le choix en ligneSource Google
google friendly
Mise à jour du Guide de démarrage relatif à l'optimisation du référencement (SEO)<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Google n’avait pas mis à jour son guide depuis 8 ans. Il est vrai que le SEO a bien changé… Et notre métier aussi par la même occasion.

Guide indispensable au référencement naturel

On est toujours étonné que les webmasters n’aient jamais lu le petit guide Google à l’attention des webmasters, soit  32 pages de bons conseils pour que votre site soit crawlé par Google. Ca peut aider quand même !

Le Guide de démarrage relatif à l’optimisation du référencement (SEO)

Ce guide est vraiment fait pour tous ceux qui souhaitent creuser la question et faire un site 100% Google friendly. Evidemment, ça peut paraître un peu long mais le guide reste très pratique et c’est aussi l’occasion de mettre à profit de votre SEO tous les outils de Google.

Pour 2018, je lis Google

Voilà une sage décision avant de se lancer dans des aventures plus ou moins risquées en allant chercher des liens, des mots clefs sans vraiment maîtriser l’ensemble des indicateurs SEO !
Pour commencer avec le petit mot de Google :

À qui ce guide s’adresse-t-il ?
Si vous possédez du contenu en ligne, si vous le gérez, le monétisez ou en faites la publicité via la recherche Google, ce guide vous est destiné. Il s’adresse aussi à vous si vous êtes propriétaire d’une entreprise en pleine expansion, webmaster d’une dizaine de sites, spécialiste du référencement dans une agence Web ou ninja de la SEO maison, passionné par les mécanismes de la recherche. Si vous souhaitez avoir un aperçu complet des rudiments de la SEO et de nos bonnes pratiques en la matière, vous êtes au bon endroit. Ce guide ne contient pas de solution magique pour classer automatiquement votre site en premier dans Google, désolé ! Nous espérons cependant que les bonnes pratiques décrites ci-dessous permettront aux moteurs de recherche d’explorer, d’indexer et d’interpréter votre contenu plus facilement.
L’optimisation du référencement (SEO) consiste souvent à apporter de petites modifications à certaines parties de votre site. Lorsqu’on les considère individuellement, ces modifications semblent être de petites améliorations, mais combinées à d’autres optimisations, elles peuvent avoir un impact notable sur l’expérience utilisateur et les performances de votre site dans les résultats de recherche naturels. Vous connaissez sans doute déjà bon nombre de sujets parmi ceux abordés dans ce guide, car ils sont des ingrédients essentiels à n’importe quelle page Web, mais vous n’en tirez peut-être pas le meilleur parti possible.
Vous devez optimiser votre site pour répondre aux besoins de ceux qui l’utilisent. Parmi ces utilisateurs, on compte un moteur de recherche, qui aide les internautes à découvrir votre contenu. L’optimisation du référencement consiste à aider les moteurs de recherche à interpréter et présenter du contenu. Votre site est peut-être plus petit ou plus grand que notre site d’exemple, et propose sûrement un contenu très différent, mais les sujets d’optimisation que nous abordons ici s’appliquent aux sites de toutes tailles et de tous types. Nous espérons que notre guide vous donnera de nouvelles idées pour améliorer votre site Web. Faites-nous part de vos questions, commentaires et témoignages sur le forum d’aide Google pour les webmasters.
Nous espérons que vous apprécierez le contenu présenté. Nous prendrons en compte vos commentaires sur nos forums d’assistance Google.
N’hésitez pas à enregistrer et imprimer ce guide de façon responsable, et à le partager. Ensemble, améliorons la qualité du Web.
Bonne lecture !

add-block
Ad-Block, un playdoyer pour le référencement naturel<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Pourquoi dépenser des budgets toujours plus importants en publicité

Pour ne pas être vu !
D’un côté, on apprenait ou on obtenait la confirmation que 40% des internautes ne faisaient pas la différence entre un résultat naturel et un résultat payant dans une page de Google. Ce qui faisait quasiment la légitimité du modèle publicitaire Adwords, Bing Ads et autres, soit l’ignorance des utilisateurs.
Et enfin, d’un autre côté, des internautes experts ont décidé de ne plus se laisser dicter leurs choix par des réponses publicitaires et ne plus se laisser observer et traquer par des publicités de remarketing. Voilà un monde qui pourrait paraitre ambivalent, autant d’internautes fâchés par les pratiques des webmarketeur que d’internautes qui sont encore la proie du modèle gratuit de l’internet. Gratuit étant bien différent de copy left ou open source…

Qui se cachent derrière des Ad-Blocks ?

Des internautes ont redécouvert le plaisir d’un internet libre comme il y a 20 ans. Et oui, Internet peut encore être autre chose qu’un immense supermarché. Des internautes, comme dans la vraie vie, préfèrent passer du temps entre amis, dans des musées, expositions, bibliothèques, fêtes de quartier… plutôt que d’être un samedi au supermarché !

Les bloqueurs de pub en chiffres :

  1. 11% des internautes dans le monde bloqueraient la publicité sur le web
  2. 615 millions d’appareils (ordinateurs, tablettes et smartphones) bloqueraient les publicités
  3. 30% depuis 2015, voici la croissance des bloqueurs de pub dans le monde
  4. 74% quitteraient les sites qui bloquent leur Ad-block
  5. 77% accepteraient de voir certains formats de publicité

 

Nouveaux usages chez les bloqueurs de pub

On pourra noter la croissance fulgurante des Ad-blocks sur le mobile et ceux à l’international, ce qui semble correspondre à la progression des usages dans le monde. Les connexions à Internet progressent avec le blocage de la publicité.
Les bloqueurs de pub plus nombreux sur le mobile

Pourcentage des bloqueurs de pub par pays

La France est encore dans une moyenne basse certainement mais on peut imaginer que les usages vont continuer à progresser avec la maîtrise des usages d’internet et la question toujours plus présente des données personnelles et de leur usage dans le commerce en ligne.
5 à 14% de bloqueurs de pub en France
Avec 11% de bloqueurs de pub sur ordinateurs et 1% sur mobile en France, la question de la performance des campagnes payantes mérite d’être regardée sous ce nouvel angle.

Plus de qualité SEO et moins de publicité

Pour le référencement naturel, nous échappons évidemment à ces problématiques. D’ailleurs plusieurs indicateurs plaident pour le référencement naturel ces dernières années. Google a fortement insisté pour faire changer les choses, le contenu est devenu primordial et surtout le contenu de qualité. On se rend bien compte aujourd’hui que la quantité n’est plus la bonne réponse. Il faut etre utile et apporter des réponses aux internautes. L’intégration de Rank brain dans l’analyse des contenus et des comportements en est la confirmation.
YouTube a sanctionné chez les Youtubers le placement de produit. Tout ne peut pas être publicité, tromperie et marchandage au dépens des internautes les moins vigilants.
S’en est suivie une lourde sanction des publicités interstitielles sur mobile qui nuisent à la découverte des sites.
Evidemment les marketeurs les plus optimistes constateront que les internautes pourraient accepter certaines publicités dans des conditions particulières.

Plus de référencement naturel pour une meilleure expérience utilisateur

Les internautes sont de plus en plus experts dans l’usage du web et dans la recherche d’informations. Il est temps de se mettre à leur place et de penser à une vraie stratégie de recrutement et de fidélisation reposant sur la qualité de votre site et sur la qualité des contenus proposés aux internautes et aux robots…
Même si on peut douter des services de certains bloqueurs de pub qui pactiseraient avec les annonceurs ou du moins les régies. Il y a des tendances lourdes qui sur Internet ne permettent pas de retour en arrière. Il y a fort à parier que la tranquillité d’un surf sans pub devienne une règle pour un grand nombre.

Source de l’étude : Page Fair

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

SEO et mobile
Mobile first, Appli first et qu'en est-il de la stratégie Internet ?<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Comprendre les internautes : SEO User centric

Il est indispensable de toujours se focaliser sur les usages. Il est réellement inutile d’être premier sur un mot clef que vos prospects ou clients n’utilisent pas… Il en est de même pour les usages web dans leur ensemble. Nous avons déjà connu ce choc où pour la première fois, les internautes américains passaient plus de temps sur Facebook que sur Google !
Cela voulait surtout dire que les internautes accédaient à Internet sans moteur de recherche… d’où l’importance d’être alors présent sur les médias sociaux…

Les connexions mobile plus importantes que les connexions via un ordinateur

Et voilà maintenant une nouvelle révolution qui vient du fait de l’abandon de l’ordinateur. Les internautes sont aujourd’hui hyper-connectés mais ils font tout avec leur smartphone. Il n’est plus question de transformer sa maison en secrétariat, l’ordinateur n’a plus sa place, seul le mobile accapare tous nos instants et nos pensées connectés. En avant vers l’aventure du super assistant personnel qui nous permettra de vivre dans le monde réel avec l’aide de l’information en ligne.

Une analyse possible avec StatCounter

10 ans pour se débarrasser de l’artillerie de bureau. 10 ans durant lesquels on a fait croire aux internautes qu’ils avaient besoin d’outil de bureautique à la maison. 10 ans pour comprendre que les usages des technologies et de l’internet étaient radicalement différents en entreprise et à la maison.
Il faut penser mobile avant tout
Il est en tout cas indispensable aujourd’hui de repenser la stratégie de visibilité et de prendre en compte les usages de nos cibles :

  1. Dates et heures des connexions
  2. Modes d’accès à votre site : référencement naturel, publicité, médias sociaux…
  3. Support utilisé : ordinateur, tablette, mobile
  4. Pages d’entrée : début de l’exploration et scénario de navigation
  5. Pages de sorties

Mobile first est le mot d’ordre de Google depuis des mois. Préparons-nous à bien prendre en compte cette exigence car il y a fort à parier que l’Appli first est la prochaine étape…
 

Source : Comment le mobile est en train de tuer l’ordinateur de bureau : Pour une analyse complète sur les usages

Enregistrer

Trouver les bons mots clefs<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Ne cherchez plus à optimiser votre ranking

Et si on prenait le problème à l ‘envers, personne ne connaît vos produits, alors partons des requêtes utilisées par les internautes pour nommer vos pages, vos articles, vos titres…
Dans notre jargon, il s’agit du langage naturel parfois moins concurrentiel que les mots clefs métiers mais très complémentaires…

Ikéa un bon exemple sémantique

Les noms des produits Ikéa restent un grand mystère pour nous francophones. Il doit y avoir assez peu d’exact match dans les requêtes des clients mais plutôt des expressions génériques :

  • Ikéa lampe
  • Holmö


Catalogue Ikéa renommé

Avec un peu de complétion, vous pourrez toujours renommer les pages de votre site… Le hors thématique sera peut-être à gérer ensuite !?
Optimisation des mots clefs naturelsIkéa parle d’ailleurs de thérapie, thérapie de l’équipe webmarketing certainement…

Renommer les pages en fonction des usages des internautes

Cela pourrait être une blague de référenceur mais on peut aussi y voir du bon sens tout simplement avec un goût pour le buzz. Alors, si on ne s’intéresse qu’à notre référencement naturel, on pourrait y voir une jolie stratégie de newsjaking… Mais attention, les concurrents peuvent s’avérer coriaces.

Si on prend le Top des sites français, ça ne va pas être facile entre Le bon coin, Google, Facebook, Orange, Cdiscount…

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

audit SEO
Comment auditer son SEO<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Auditer le référencement naturel de son site web

Pour mettre en place une vraie stratégie SEO, il est indispensable de savoir de quoi on part et un diagnostic SEO s’impose avant de parler optimisation du référencement naturel. En effet, votre site vient d’être mis en ligne ou existe depuis plusieurs années, pour chaque cas de figure, il sera nécessaire de comprendre la bonne santé SEO de votre site aux yeux des moteurs de recherche.

Quels sont les indicateurs SEO à prendre en compte ?

Si l’algorithme de Google peut rester un mystère, du moins dans l’analyse fine de ce que prend en compte Google pour positionner un site Internet dans les résultats de recherche, il y a avant tout du bon sens et une approche utilisateur.
C’est bien fini, on ne référence pas un site Internet en s’adressant uniquement aux robots de Google. Prendre en compte les internautes est plus qu’incontournable.
Google rappelait en fin d’année 2016 quels étaient les 3 principaux indicateurs SEO de performance :

  1. Le contenu soit la qualité des textes autant au niveau de la forme que du fond.
  2. Le linking soit la qualité des liens qui pointent vers votre site.
  3. Le rank-brain soit l’intégration de l’intelligence artificielle dans le traitement des pages soumises à Google. Et là, on ne sait pas grand chose…

Comment diagnostiquer son site web ?

A partir du moment où l’on sait ce que l’on cherche, les outils ne sont pas vraiment un problème. Nombre d’outils sont aujourd’hui disponibles en freemium à minima pour auditer votre site. Commençons déjà avec les outils de Google, soit Search console.

Qualité du crawl soit l’exploration des robots

Les premiers indicateurs de Search console, en page d’accueil sont les DNS, Connexion au serveur et le robots.txt… Des indicateurs de rankink, certainement pas mais la première étape pour bien travailler avec Google. En effet, Google dans sa boulimie, veut toujours tout voir et ne rien manquer et donc son temps lui est compté. Il est donc hors de question pour lui de perdre du temps sur un site qui ne fonctionne pas bien. Il semblerait que le comportement des usagers soit d’ailleurs le même, non ?
On continuera donc en vérifiant le nombre d’erreurs : 500, 404, ressources bloquées pour ordinateur et mobile d’ailleurs… Et on vérifiera la qualité du balisage : titre, méta-description en doubles, absentes, trop courtes, non-informatives… Sans oublier de prendre en compte la qualité des données structurées (Schema.org ou Json) afin de donner encore plus d’informations choisies aux robots qui explorent le site.

Qualité du site et notoriété

Si les liens sont toujours un indicateur fort, vous pourrez trouver tous les sites qui font des liens vers le vôtre et les meilleures pages de destination. Par la simple lecture de ce rapport, vous serez en capacité d’analyser la qualité des liens :

  • Autorité du domaine référent
  • Thématique du site référent
  • Nombre de liens par domaine

Rapport de positionnement

Même si Google se refuse toujours à proposer un rapport comprenant les mots clefs et les pages associées, les deux rapports distincts permettent de comprendre quelles sont les meilleures pages du site et quels sont les mots clefs qui permettent oui ou non de vous trouver.

Mise en place d’une stratégie SEO

Maintenant, il serait dommage qu’en pleine connaissance des causes, aucun plan correctif ne soit mis en place. Surtout, n’oubliez pas d’avertir Google de la correction des erreurs de crawl et de surveiller comment Google réagit à vos corrections.
Search console doit être regardé et suivi attentivement afin de s’assurer que votre site soit toujours Google friendly. Un audit c’est aussi de bonnes pratiques à intégrer dans votre façon de travailler. Si l’optimisation SEO prend beaucoup de temps, concentrez-vous sur les indicateurs les plus qualitatifs et sous-traitez ou automatisez ce qui peut l’être.

amazon-google
Amazon search, le seul concurrent de Google sur la recherche<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Quand Amazon rafle tout sur son passage

D’après Raymond James dans une étude menée aux Etats-Unis sur 2014-2015-2016, 52% des internautes commençaient à rechercher les produits sur Amazon alors que 26% des internautes faisaient leurs requêtes sur les moteurs de recherche en décembre 2016.

Référencement naturel VS Amazon search

L’étude montre ainsi que selon les données de Google, les habitudes des internautes ont changé. Ces derniers privilégient la plateforme Amazon à tout autre moteur de recherche ou sites marchands pour la recherche de produits.
Cette tendance s’accentue dans la tranche d’âge 18-29 ans. En effet ils sont 62% à aller directement sur Amazon pour leurs recherches contre 21% qui auront opté pour un moteur de recherche.

Référencement des produits Amazon

Si Amazon continue d’envahir les Serp’s, les utilisateurs ont déjà fait leur choix. Ils ne souhaitent plus bénéficier des recommandations de Google pour aller sur Amazon finalement. Leur expérience, leurs habitudes, leur maturité en tant qu’utilisateur du web génèrent de nouveaux usages pour gagner du temps et trouver la meilleure réponse à leurs besoins.
Les marketplaces comme Amazon enferment les Internautes dans des comportements qui privilégient une sorte de réponse. Ils ne voient plus la possibilité de découvrir de nouveaux produits mais s’intéressent uniquement au prix et à leur caddie rempli.

Le référencement naturel s’adresse aux aventuriers de l’Internet

La recherche via un moteur de recherche pourrait apparaître comme un vestige du web quand on regarde les usages des consommateurs en ligne. Seules les boutiques de niche pourraient encore avoir une chance dans ce monde du supermarché numérique… Mais la comparaison boutiques indépendantes et grande distribution pour le commerce physique semble appliquer les mêmes règles pour le e-commerce : difficile de se faire une place face à la logique de la grande distribution.
Les marchands ne peuvent échapper à l’emprise des places de marché (Amazon, CDiscount, Price minister…) et les consommateurs peuvent sembler ravis de cette offre.

Le référencement est User centric

Plus que jamais, il est indispensable de savoir à qui on s’adresse et comment on doit le faire. Les stratégies de visibilités sont cross-canal. Le SEO peut être un outil pertinent pour une recherche non-mature, où le client est encore en phase de découverte et de comparaison.
Et donc non, Amazon, n’a pas encore sonné la mort du référencement naturel. Il y a un travail à mener pour toujours apporter le meilleur service aux internautes, les règles deviennent juste plus précises. A nous, annonceurs et référenceurs, de proposer des stratégies qui prennent en compte l’environnement web aujourd’hui.

mots clés 2016
Les mots clés de l'année 2016 en recherches pour Google<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Les meilleures requêtes des internautes sur Google

Google présente le top des recherches par thématiques loisirs ce qui est un bon rappel des usages des internautes mais d’une très relative efficacité concernant l’optimisation des sites internet.
Google trends reste un bon outil pour comprendre les tendances et donc à utiliser régulièrement. La liste des questions reste une très bonne prise en compte du langage naturel. Ce qui permet de se positionner sur les requêtes exactes des internautes et non seulement sur les mots clés concurrentiels.



Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

Analyser le ROI du SEO
Campagne de liens naturels, quel retour et quand ?<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Le référencement naturel c’est long

Voilà un point sur lequel tous les référenceurs s’entendront aujourd’hui. Et si à cela on ajoute les différents niveaux d’optimisation pour tenter d’analyser les retours, la question devient de plus en plus complexe.

  1. L’optimisation technique
  2. L’optimisation sémantique
  3. L’optimisation off-site

Quand on sait que la principale question autour du référencement naturel est toujours :

Le référencement naturel c’est quoi ?

On a presque fait le tour de la question…

Linking et amélioration du positionnement

Mener une campagne de liens, que se soit de manière traditionnelle via quelques bons annuaires, si si, il en reste; via l’échange de liens intelligent ou de manière opportuniste, les résultats ne sont pas immédiats.
Il faudra déjà attendre que les robots identifient ces liens, que Google les prenne en compte pour l’évaluation de votre page voire de votre domaine et qu’ensuite, ils portent leurs fruits…

Linking et dépollution

Il est vrai que la principale question de mes clients aujourd’hui porte principalement sur la pollution des liens acquis dans un passé plus orienté far-west que Google friendly. Même si nous attendons toujours la dernière mise à jour de Penguin, il n’est jamais trop tard pour prendre de bonnes résolutions…

Lancer une campagne de liens naturels

Alors les propos qui vont suivre vont surtout concerner ceux qui ont déjà fait le ménage précédemment évoqué. En effet, attendre de bons résultats de liens de qualité quand le site est encore radioactif aux CP et fermes de liens, ce serait du temps perdu.

Combien de temps pour analyser l’impact d’un bon lien

On doit donc à Moz cette pertinente étude sur le nombre de jours, de semaines, de mois avant de pouvoir constater les bons changements.

10 semaines pour analyser l’impact d’un lien sur votre positionnement

Temps nécessaire pour observer la progression d'un résultat GoogleSelon Moz, il est à noter que l’impact est faible immédiatement mais croit dans la durée. Et surtout, si vous avez fait le choix d’un grand nombre de liens, l’effet ne sera pas plus rapide mais sera plus important dans le temps.
Si on a l’habitude de s’intéresser aux pages proches du résultat attendu pour gagner du temps, on notera que l’effet est plus rapide pour les pages positionnées en page 2 des Serps plutôt que celles en page 1.

Qualité des liens avant tout

Pour observer des résultats remarquables dans des délais plus courts, il est aussi question de la qualité du lien donc de l’autorité du domaine. Voilà qui finit d’expliquer la difficile tâche des référenceurs :

  1. Définir la stratégie de liens
  2. Identifier les liens de qualité
  3. Observer les résultatsNombre de liens pour un site domaine d'autorité

Moz termine le récit de cette passionnante expérience par une autre question passionnante :

Combien de temps faut-il pour trouver le bon référenceur ?

Différentes options sont passées en revue comme la recherche d’une agence : 1 à 3 mois; faire appel à des ressources en interne : 1 mois…
De manière définitive, le référencement naturel n’est pas quelques chose qui se décide sur le coin d’une table quand on manque d’idées, vous savez, un peu comme on fait une campagne publicitaire pour voir venir 😉
Enregistrer
Enregistrer

Qualité d'un site pour Google
Mise à jour : Google Quality Raters Guidelines<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Conseil lecture SEO pour ce 1er mai

Etant donné qu’il n’y aura pas de grand week-end et que la météo est glacée, je vous conseille un petit week-end de lecture. Et quant on a une bonne idée comme celle-là, Google a toujours une réponse à nous proposer : Google Quality Raters Guidelines

Qu’est-ce que c’est les Quality Raters Guidelines

Pour commencer le guide se trouve ici, 146 pages pour comprendre le référencement naturel chez Google. Ce fameux guide explique comment il faut faire pour proposer un site de qualité aux robots de Google et surtout comment la qualité est évaluée. Tout ça en pure langage Googler, avec plein d’allusions et d’imprécisions mais ça donne une bonne idée. Il y a même une version commentée grâce à Jennifer Slegg
Guide de référencement selon Google
La première version date de 2015 et la mise à jour date du 28 mars 2016.
Si vous manquez de temps, il y a toujours le guide pour les webmasters, en français dans le texte, avec 32 pages de recommandations. C’est bien aussi !
Bonne lecture!
 
Enregistrer
Enregistrer

5 oeufs de Google
Les 3 premiers indicateurs SEO de l'algorithme de Google sont…<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Google confirme les trois premiers indicateurs de pertinence de son algorithme

Évidemment, aujourd’hui, une annonce comme celle-ci pourrait paraître comme douteuse. Afin de vous rassurer, cette annonce a été faite il y a une semaine. Et vous verrez que cette annonce aurait pu être une blague tant elle reste sans surprise…

Quand un Googler se lâche

Voilà un webinar qui a mal tourné. Imaginez la situation, les Googlers sont présents, ils véhiculent le discours officiel, répondent aux questions sur l’optimisation Google, le référencement naturel, sans y répondre et tout à coup, c’est le drame. Un Googler répond à une vraie question, les index au ciel… Voilà donc la réponse que nous attendions tous depuis 18 ans :

Comment Google juge de la pertinence et classe les résultats dans les serps ?

Les trois indicateurs SEO les plus importants pour le positionnement d’un site sont :

  1. En premier ex æquo : La qualité des contenus et les liens
  2. En deuxième position ex æquo : Les liens et la qualité des contenus
  3. En troisième position : Rank Brain

Et comme pour les résultats de Google, seuls comptent les trois premiers. Donc pour les autres, il faudra attendre. Mais la vraie surprise repose dans la place prise par Rank Brain.
Pourquoi ce manque de précision entre la position 1 et 2, la réponse est sûrement dans la question. Voyons cela.

Indicateur SEO N°1 : la qualité des contenus

Nous aurons donc une acceptation large pour ce premier indicateur à savoir la qualité technique de la page et la qualité des textes. L’un sans l’autre est assez peu probable pour le crawl de votre site et donc son indexation.
Un contenu pour être indexé et positionné doit avant tout être explorable et exploitable par les robots de Google.
De plus, on sait que les pages durablement positionnées sur Google comprennent un nombre de mots souvent au delà de 800 ou 1000.

Indicateur SEO N°2 : les liens

Point faible du Page Rank et de l’algorithme de Google, les liens sont au cœur de toutes les discussions depuis que Google existe? Enfin presque… Trop facilement manipulable pour son algorithme, les backlinks ont été l’enjeu des mises à jour Panda, Penguin et ils continuent à être l’indicateur important de qualité d’un site.
Il faut avant tout avoir des liens de qualité, on délaissera quelque peu nos stratégies de volume. Il faut miser sur des vrais liens 100% bio, du naturel et que du naturel. Pour cela, il faut savoir varier les ancres, les domaines, les IP, les Nofollow et DoFollow, les liens en page d’accueil ou non, la thématique des sites referers, les différents types de site (actualité, blog, institutionnel, médias sociaux, etc.).

Indicateur SEO N°3 : Rank Brain

La mise à jour la plus mystérieuse serait l’une des plus importantes. Et pourtant, on se souvient tous des mises à jour Panda, Penguin et même Phantom… Pour Rank Brain, personne n’a rien vu. Alors si Rank Brain s’intéresse plus à l’analyse de la complexité des requêtes des Internautes, il devrait également s’intéresser à la complexité des réponses… Mais qu’en est-il aujourd’hui de l’intelligence artificielle et du SEO ? Voilà une histoire qui est en train de s’écrire une fois de plus. Seuls les tests permettront de comprendre ce qui se passe. Un savoir de Google qui se crée au fil des expériences chemin faisant.

Optimiser selon les 3 premiers indicateurs de Google

On pourra au moins reconnaître cette qualité à Google, c’est que le message est bien passé. Cela fait quelques années maintenant que nous nettoyons nos sites des abus du passé et que nous essayons de produire de la qualité, dans une approche utilisateur et non seulement pour les robots.
Pour Rank brain, nous voilà un peu plus dans le doute. Il est certain que la sémantique a pris une importance considérable surtout pour la prise en compte du langage naturel. Il faut certainement poursuivre dans ce sens afin de se préparer au référencement naturel pour mobiles et autres assistants personnels (Siri, Ok Google, Cortana…) qui vont envahir nos métiers.

Google Page Rank, où en sommes nous en 2016 ?<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

Page Rank : la définition

Que pense Wikipédia des algorithmes de Google. C’est certainement un bon début :

Le PageRank ou PR est l’algorithme d’analyse des liens concourant au système de classement des pages Web utilisé par le moteur de recherche Google. Il mesure quantitativement la popularité d’une page web. Le PageRank n’est qu’un indicateur parmi d’autres dans l’algorithme qui permet de classer les pages du Web dans les résultats de recherche de Google. Ce système a été inventé par Larry Page, cofondateur de Google. Ce mot est une marque déposée.

Le calcul du pagerankAvec Wikipédia, on est jamais déçu même si dans le cas présent, on pourrait douter de cette tentative de limiter l’importance du Page rank pour le référencement naturel et la compréhension du positionnement d’un site dans les serps. En tout cas, j’adore ce simple rappel que le Page Rank tire son nom d’un acte mégalo et non un concept de classement. Ou d’une vraie découverte comme les découvreurs de planètes…

Rage Rank Toolbar, c’est fini

Google nous aura fait attendre deux ans, dans un suspens insoutenable. De décembre 2013, dernière mise à jour du PRTB, à cette annonce tonitruante il y a deux semaines, le 08/03/2016. Il nous faut maintenant trouver d’autres indicateurs pour analyser la performance de nos sites. Et les solutions se bousculent chez Majestic, Moz, Alexa, etc.

Page rank algorithmique

La mort du Page rank toolbar c’est tout sauf la fin du Pagerank. Et cela, il faut en avoir conscience pour bien comprendre comment fonctionne Google. Si Google nous a annoncé les indicateurs les plus importants, les trois premiers impactant le référencement naturel soit :

  1. Le contenu
  2. Les liens
  3. Rankbrain

Il n’y a pas de grandes surprises mais une confirmation importante. Même si personne n’aurait parié aussi rapidement sur la pertinence de Rankbrain. L’urgence a certainement aidé Google à faire les choix utiles pour conserver une qualité de résultats toujours très variables.
A titre d’exemple, même Yandex a réfléchi à ne pas utiliser les liens dans le classement. La phase de tests menée a finalement conduit Yandex à conserver les liens pour définir la qualité des contenus. Ce qui explique aussi la mauvaise qualité de résultats persistants…

Page rank thématique

Bons liens et mauvais liens, la différence passe certainement par l’analyse de la thématique et surtout la pertinence de la thématique. On ne cherchera plus à avoir beaucoup de liens mais des liens de qualité. Idem pour la qualité des contenus d’une page, il faut savoir segmenter la thématique traitée et savoir faire le tour d’une question : signifiants et signifiés seront la clef du succès…
Et pour tout comprendre du Page Rank, il vous reste la vidéo d’Olivier Andrieu – Abondance

Enregistrer
Enregistrer

Comprendre le fonctionnement d'un moteur
Comment utiliser Google pour être visible ?<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

L’algorithme de Google reste un mystère

Cette infographie n’est pas une nouveauté mais son graphisme et son approche du fonctionnement de Google nous a persuadés d’être représentés aujourd’hui.
Alors même s’il y a des ajustements et des commentaires à apporter, le fonctionnement laisse encore rêveur.

Un moteur de recherche complexe

De la requête à l’exploration de l’index de Google, en passant par les filtres de qualité, être premier sur Google est un vrai travail de tous les jours.
On ne parlera pas de jeu de piste, mais un bon référenceur se devra d’avoir un certain sens de l’orientation et de l’observation.

How Google Works.

Enregistrer
Enregistrer