Régler cookies
Côté cookies, vous faites comment ?<span class="rmp-archive-results-widget "><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i> <span>5 (1)</span></span>

Cookies et obligation d’avertir les utilisateurs de votre site

On ne va pas revenir sur la bêtise des cookies et l’obligation d’avertir les internautes, avec une bannière qu’ils ne lisent jamais, bannière fermée comme une publicité interstitielle ou autre pop-up intrusif. C’est le règne de l’administratif contre les GAFAM, mettre à genoux Google et consorts avec des règles qu’il ne suivra pas.

Les cookies, c’est avant tout un problème d’éducation

Le vrai problème est l’ignorance des internautes qui évoluent sur internet avec ce rêve ou cette naïveté originelle du tout gratuit. L’internet, c’est le modèle de la presse, de la TV amélioré au niveau de l’internet. La seule chose qui se monnaie est le temps d’attention des lecteurs… L’internaute ne se sent pas concerné, car il ne comprend pas les enjeux. Et les entreprises collectent pour les GAFAM sans mesure, données qu’ils n’utilisent d’ailleurs pas ou très mal à la différence de Google et Facebook.

Évidemment, pour régler ce problème, on pourrait imaginer ne plus utiliser les services de Google, ne plus utiliser Google Analytics et informer les internautes sur les meilleurs moyens de bloquer tous les trackers. Mais tout le monde est vendu aux bons principes du webmarketing… Alors que dans les faits, nous créons tous les jours des rapports statistiques pour nos clients, nous installons des codes de suivi AdWords, Facebook ads pour un usage très limité. Qui lit réellement les statistiques fournis par tous ces outils ?

Un bon exemple de pédagogie pour les cookies

L’enjeu a minima pour un propriétaire de site Internet est de se conformer aux obligations pour ne pas avoir de problème. Son bon usage serait de faire comprendre aux internautes pourquoi on a besoin des cookies et comment on les utilise. Il fait leur faire lire cette bannière et leur permettre de tout désactiver ou personnaliser.

Nous avons déjà abordé le cas de Thomann mais une fois encore, l’équipe web montre une pleine compréhension des enjeux avec une approche pédagogique et une certaine franchise. Le choix graphique conduit également à s’y intéresser. Je ne dirais pas que c’est la bonne solution, mais c’est certainement un bon moyen d’avancer sur ce problème des cookies.

 

Google académie à Toulouse<span class="rmp-archive-results-widget rmp-archive-results-widget--not-rated"><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star "></i> <span>0 (0)</span></span>

A vos agendas, retour du Google Academy Tour

Google sera à La Cantine les 20 et 21 octobre 2014 à Toulouse pour proposer aux entreprises comme aux agences, une journée de révision… L’intérêt des Google académies est vraiment de rencontrer les équipes de Google, cela apporte bien souvent une meilleure compréhension des outils. Évidemment, on y apprendra aucun secret de fabrication ou scoop sur la fin de Google + ou la date de la prochaine mise à jour de Penguin.

Google adwords academy

En fait, il faut tout de même préciser qu’il s’agit d’une journée consacrée à Google adwords. Et de ce fait, les Googlers présents ne répondront qu’aux questions concernant Adwords. Par expérience, nous vous confirmons que toutes les autres questions génèrent au mieux un sourire entendu voire de plates excuses :

Pour Penguin ou Panda, il faut voir avec nos collègues de Dublin voire de Suisse …

Google academy pour les entreprises

La Google académie, voici le programme de la journée pour les entreprises

  • 9h00-09h30: Café d’accueil
  • 9h30-12h30: Pourquoi être présent sur Internet est indispensable aujourd’hui ?
    Comment rendre votre entreprise plus visible grâce au digital ?
    Témoignage d’une PME.
  • 13h30-17h00: Portes ouvertes avec des experts : venez poser vos questions à nos Coaches pour mieux appréhender les solutions Google My Business et Google AdWords, et rencontrez des Agences Google Partners pour un diagnostic.

La Google académie, voici le programme de la journée pour les agences

Malgré leur fort démarchage de Google auprès des annonceurs, il semblerait qu’il compte toujours un peu sur nous pour développer l’usage d’Adwords, autant sur le recrutement de nouveaux clients que sur l’optimisation de campagnes.

  • 9h00: Café d’accueil
  • 9h30-​10h30: De l’importance d’AdWords dans votre stratégie commerciale
  • 10h45-11h45: Les grands principes et leviers d’AdWords – Les formats d’annonces Display et YouTube
  • 12h00-13h00: Comment vendre AdWords à vos clients ?
  • 14​h​0​0-​15h30: Les clefs d’une campagne Google AdWords réussie
  • 15​h45-​16h45: Maîtriser Google Analytics
  • 17h00-​18h00: Les outils avancés d’AdWords, les dernières fonctionnalités et actualités de la solution

Vous pouvez constater que le programme concerne autant la force commerciale que l’expertise technique. C’est toujours l’occasion d’un rappel utile et surtout de poser des questions sur Adwords.

Les cadeaux Google

Source : www.caketoppers.co.uk

La Google académie c’est aussi ça

Il est vrai que Google sait recevoir ses clients et partenaires. Alors, une Google académie c’est l’occasion de manger Google, de ramener plein de goodies et d’obtenir plein de chèques cadeaux pour nos clients. Mais pour ça, il faut s’inscrire !
D’ailleurs, en tant que Google partner, Google a mis à notre disposition toute une planche de chèques Adwords de 200€. Si cela vous tente, un commentaire ou un mail et on vous donnera tout ce que l’on a…